Hier, j’ai reçu un mail qui m’a questionné.

J’ai choisi de répondre à cette personne de manière collective.

Car elle n’est pas la seule à me poser des questions en ce sens.

Un mail un peu spécial donc.

  

Les questions et les remarques de cette personne tournaient autour de  « la peur ».

J’avais 2 options pour y répondre.

La première en mode « je te bouscule en étant trash »

La deuxième en mode « je comprends… »

D’humeur « poétique et détendu » ce matin, j’ai opté pour la deuxième…

(Mais pas dit que je ne fasse pas une version un peu plus trash…)

Voici donc ma réponse.

  

La peur te coute cher mon ami(e)

Elle est ton plus grand frein.

Pompe ton énergie.

Scrute tes décisions.

  

Elle t’empêche d’avancer.

De réaliser tes rêves.

Te bloque dans tes aspirations.

Dans tes désirs…

…et dans tes décisions.

  

Et comme un spectateur impuissant…

…tu regardes tes rêves s’évanouir.

Et la personne que tu aimerais devenir s’envoler.

  

Finalement, c’est cher payé d’avoir peur.

Car tu passes à côté de beaucoup de choses.

Tu as le droit d’avoir peur.


Et la question n’est pas de devenir une machine insensible.

Non…

Mais tu as le droit de ne pas l’écouter.

Tu as le droit de t’en détacher.

De prendre du recul aussi.

  

Moi aussi il m’arrive d’avoir peur.

Moi aussi il m’arrive de douter.

Et je suis ok avec ça.

  

Mais j’ai choisi de ne pas écouter ces peurs :

Celles qui paralysent pour avancer.

Celles qui font constamment douter.

Celles qui ont pour seules fonctions de me garder dans ma zone de confort.

Celles qui m’empêchent de prendre des décisions.

Celles qui me protègent de l’inconnue…

  

J’ai choisi l’audace.

J’ai choisi de ne pas être le spectateur impuissant de ma propre vie.

Et tu peux choisir la même chose.

Car tu as le choix.

On a toujours le choix.

  

Garde uniquement la peur utile.

Celle qui te met à l’abri en cas de danger.

Celle qui te protège.

Celle qui est ancrée en nous depuis la nuit des temps.

  


Et ne te donne pas d’excuses à tout bout de champ !


 

Toutes les autres ne sont que le fruit de ton imagination…elles n’existent pas.

Elles sont juste la projection de tes angoisses.

Et d’un futur qui n’existe pas.

Tout simplement.

Même si ça parait compliqué…voire insurmontable.

  

 

Combien de fois t’es-tu projeté dans un « trip »imaginaire ?

Dans des discussions qui tournent mal ?

Dans des situations de dangers irrationnels ?

Combien de fois as-tu imaginé le pire ?

Ou largement, amplifié la scène « dramatique »?

  

Et que finalement, ça ne s’est pas passé du tout comme ça ?

Ou 1000 fois moins que ton esprit t’a fait croire ?

 

  

Combien de fois tu t’es fait un film et qu’au final, ça s’est même super bien passé ?!

Et que tu t’es senti soulagé ?

C’est dans notre nature, c’est vrai…et le contexte n’est pas aidant.

  

 

Mais que risques-tu ?

La mort ?

Bien sûr que non…

Te ruiner ?

Non plus…

D’être ridicule ?

Pas à la hauteur ?

Pas assez compétent(e) ?

Évidemment pas…

  

Te planter ?

Peut-être ! Et alors ?

Est-ce vraiment si dramatique ?

D’aller au bout et d’essayer ?

De mettre toutes les chances de ton côté ?

Bien sûr que non…


Et qui ne tente rien n’a rien.

En ne le faisant pas…tu resteras de toute façon dans le doute.

Et le doute crée de l’angoisse…bienvenue dans le cercle vicieux !

 

  

Mais je ne vais pas te mentir…

Nous sommes conditionnés.

Et il faut désapprendre ce que nous avons appris.

Pour avancer et ne plus vivre constamment dans une angoisse.

 

  

Oui ça demande du travail.

Oui ça demande un peu de courage.

Oui ça demande parfois d’affronter le regard des autres.

Oui ça demande d’investir en toi en temps et en argent.

Oui ça demande de prendre des risques

Mais ce sont des risques mesurés !

  

 

Alors voilà.

  

Je ne sais pas si j’ai répondu à ta question.

Ou si mes éléments de réponses te donnent des pistes et du courage pour avancer.

C’est ce qu’elle m’a suscité en tout cas.

  

 

Je te souhaite une belle journée

(Sans peurs et sans angoisses)

  

 

Raph.