Fais-tu ces petites erreurs vicelardes?

Tellement mauvaise pour les affaires et dans la vie ?

Je vais te poser quelques questions.

Joue le jeu.

Ne te mens pas et sois honnête envers toi-même. Ne te donne pas une réponse qui te parait acceptable aux yeux des autres.

(En plus, personne ne t’écoutera et ne te verra…promis 🙂

Consultes-tu plus que de mesure ton téléphone ? Lorsque tu attends une réponse, pour consulter tes mails, ta page Facebook, vérifier tes notifications, lors d’un rendez-vous, peu importe…

Es-tu toujours disponible ? Pour tes clients, ta famille, tes amis…

Tu rencontres une fille - elle te plait carrément…le lendemain, elle t’envoie un SMS, tu réponds quand ? Tout de suite ? Ou 6 heures plus tard ?

Est-ce que tu aimes convaincre les autres de tes idées ? Avec tes amis par exemple…en faisant une démonstration.

As-tu tendance à te justifier ? « Parce que… » ; « oui, je sais mais… » ; « en fait, c’est que… » etc.

Quand on te dit NON. Tu es contrarié ? Ça te fait de la peine ?

Si je te dis que « je ne t’aime pas », ça te fait de la peine ou rien à cirer ?

Un ami te demande un service…tu sauras lui dire non ? Et si c’est un client , pareil ?


Si tu as répondu oui à plusieurs de ces questions, mauvaise nouvelle, tu es dans le besoin.

La bonne nouvelle, tu n’es pas tout seul !

C’est une attitude et une posture que tout le monde a - y compris moi - à un moment ou à un autre.

Selon notre état émotionnel du moment, notre fatigue et tout un tas de facteurs que tu imagines très bien, on peut se retrouver comme un lapin prit dans les pleins phares d’une voiture et ne pas savoir comment réagir ou si c’est adapté…on n’est pas des machines après tout.

Le truc ?

C’est de chasser ce genre d’attitudes.

Et de modifier quelques habitudes.

Parce qu’évidemment, le plus dur, c’est de s’en rendre compte ! Jusqu'à 25 ans, j’adorais argumenter pour défendre mon point de vue, de la même manière qu’un chien défendrait son territoire, j’aimais bien avoir raison.

Quelle perte de temps et d’énergie.

Aujourd’hui, je reste beaucoup plus indifférent – voire froid – quand quelqu’un cherche à me faire avaler son idée coute que coute…je préfère le laisser s’enfoncer dans les abimes et l’observer parler tout seul.

Il veut avoir raison ?

Parfait ! Je n’ai aucun souci avec ça.

À la base, je suis quelqu’un d’assez « serviable »…aujourd’hui, j’aime dire non.

Et il n’y a pas d’ambiguïté.

Le message est clair.

 "Je ne sais pas », « je vais voir », « peut-être », « je vais réfléchir » sont des mots à bannir.

 OUI ou NON…c’est vachement plus simple.

Bien sûr, c’est pas toujours facile (et plus dur encore quand on est naturellement gentil) car le naturel prend facilement le dessus, mais prendre conscience de ça est une petite révolution en soi.

Finalement, devenir un poil « méchant » (attention, je ne dis pas con et fermé) est sûrement plus bénéfique que d’être « gentil » et serviable à tout va…

Je pense même que c’est bénéfique pour tous.

À méditer.

Raph 

Loved this? Spread the word