Hier,

Je me suis amusé à faire un exercice que j’aime faire de temps à autre…

Mais cette fois ?

Je me suis attaqué à un monstre.

Un monstre qui m’a pris une bonne partie de la matinée (et une partie de l’après-midi…oui, même le dimanche, mais j’aime ça 🙂


Vu l’ovni,

J’ai pas su m’arrêter...

Comme un enfant qui découvre un nouveau jouet, j’ai eu envie de voir la suite et déballer tous les paquets.

Un par un…

…phrase après phrase.

… mot après mot.

…idée après idée.

J’en voulais toujours plus.

À vouloir comprendre le cheminement.

Afin de décoder ce qui a bien pu pousser l’auteur (mon mentor…) à faire un texte pareil. (Pourtant, je connais bien son travail)

Au point que le truc auquel je me suis attaqué m’a donné une idée.

Reste plus qu’à le contacter pour voir s’il m’autorise à le faire ou non.

Ce qui ne m’inquiète pas plus que ça…

…même si je ne vais pas en mener large vu l’engin.

(Je le connais un peu, mais bon, pas sûr qu’il accepte…)

Pour revenir à ce que j’ai fait,

Cet exercice ?

Il n’a clairement rien de sexy.

C’est quelque chose que quasi personne ne fait.

Et pourtant qui peut faire une sacrée différence quand on y pense.

(Normal quand on sait le taf que ça demande et qu’on cherche tous plus ou moins le raccourci magique pour en faire le moins possible…

…encore une histoire de nature humaine et de psychologie.)

Le truc donc ?

Il est tout bête !

C’est de recopier mot à mot les pages de vente qui te font kiffer.

Celles qui t’ont, limite fait mal de ne pas acheter.

Pas à l’ordi hein…

À la main…

…avec un bon vieux bic et quelques feuilles.

L’exercice peut paraitre fastidieux (surtout avec de longues pages de vente, qui font parfois 11 000 mots comme celle que j’ai attaquée hier.)

Mais c’est passionnant.


Car cet exercice te permet de comprendre la logique de son auteur.

De décoder une structure bien différente de ce que tu peux voir partout sur le web.

De t’imprégner des mécanismes de persuasion qu’il utilise.

De comprendre certaines tournures de phrases chiadées qui ne te viendraient même pas à l’esprit.

Alors mon projet ?

C’est de décoder (une partie sinon trop long) de cette page de vente folle sur mon écran.

Que je puisse t’expliquer les principes de persuasion et la mécanique de l’engin…

…te montrer comment il s’y prend pour articuler ses idées.

Comment il explose les standards.

Les angles qu’il utilise pour ouvrir d’autres horizons.

Au point de te donner presque envie d’acheter un truc dont tu n’as pas plus besoin !

Yep !

Rien que ça.

Mais je t’en reparlerai.

Car il y a beaucoup de boulot…

Je n’ai pas beaucoup de temps…

Et je n’ai jamais fait ça…mais il y a un début à tout.

Si tu veux progresser en copywriting, alors c’est un exercice que je te conseille vivement de faire.


Si tu n’as pas le courage ?

Tu peux toujours attendre l’analyse que je compte préparer (sauf si l’auteur ne veut pas que je la diffuse…).


Et si tu as une page de vente à faire ?

A repenser ?

Parce que ton offre stagne.

Parce que tu veux vendre plus.

Parce que quelque chose bloque ?

Tu peux toujours me contacter pour qu’on en discute sérieusement.

En commençant déjà par m’envoyer un mail avec les infos nécessaires (url, etc.)

Si jamais le projet me branche…

…et si je pense pouvoir t’apporter de biens meilleurs résultats ?

On ira au charbon !

En attendant,

Bon début de semaine,

Raph.