C'est l'histoire d'Elo !

Hier soir, une amie m’a montré son CV et sa lettre de motivation pour avoir un avis extérieur - elle est infirmière. Elle a postulé à 4 offres…pour 4 réponses négatives.

La claque !

Surtout que la nana est une enquilleuse comme pas permis ! Expérience de fou, générosité dingue, bref une vraie belle personne…avec de vraies valeurs.

Ses lettres – et son CV, elle les a fait lire par des amies qui lui ont pourtant dit :

« Ouais, super, c’est bien » !

Son mec (je vous parlerais de lui un jour et de sa façon de gérer les deals…) a insisté pour que je regarde son courrier (voyant sa femme inquiète et décourgée).

Bon.

Dès le 1er mot, ça n’allait pas.

Les mots suivants…pas mieux.

Bref, j’ai tout retourné !

Son CV.

Sa lettre.

Elle (dans le bon sens du terme… !)

Au point de la faire pleurer.

Pourquoi elle a pleuré ?

Parce qu’elle n’a pas pris conscience de ces forces…elle n’a pas su les mettre en mots.

Elle se contentait de mettre simplement ce qu’on pense attendre de quelqu’un.

Avec les formules classiques (attention à la sophistication de marché ...).

Le problème ?

C’est que, c’est loin d’être vendeur.

C’est plat et ça n’envoie pas du rêve !

Je lui ai fait remarquer plusieurs formules.

Par exemple :

« Je me permets de… »

« Parce que j’ai… »

«  j’ai pu apprendre… »

« Vivement – principalement »

«  je vous sollicite »

« J’aimerais »

Etc.

Voilà ce que je lui ai dit (en gros, mais assez fidèle quand même) :

« Pourquoi tu te justifies sans cesse ? 

T’es une belle personne élo. Tu AS des compétences et tu le sais !

Tu sais que les gens peuvent compter sur toi.

On se connait depuis 20 ans…alors pourquoi je ne te reconnais pas ?

Pourquoi tu t’abaisses ?

Ce n’est pas EUX qui ont besoin de toi ?

Alors n’est pas peur !

Ton CV, on pourrait presque dire que c’est une nana qui sort de l’école et qui cherche à convaincre.

ARRÊTE DE PITCHER ton expérience !

VENDS -toi!!! »

(Avec son mec à côté qui acquiesçait et qui en rajoutait, comme vous pouvez l’imaginer...)

je lui ai posé une autre question :

"Tu es sûre que tu veux quitter ton taf ? Tu ne te sabotes pas un peu pour ne pas vraiment trouver ?"

Aie...

Je crois bien que c'est là qu'elle a eu sa petite larme !

Ce qui ressort de ce genre de courrier :

Le besoin - la justification - la validation.

Pas bon...

Et tellement pas la personne que je connais...

Elle était très contente de notre discussion.

Car elle a compris une chose primordiale.

Une chose qui l'empêche d'avancer.

Comme quoi, le copywriting et la persuasion servent dans bien des domaines...

Excellente journée à toi,

Raph.

PS : Si tu veux qu'on explore ce genre de questions...autour du business, tu peux t'inscrire sur ma liste d'attente et on en parle.